11-Novembre

11 novembre : tombes dégradées, cérémonie boycottée !

Consultant
 

Notre confrère Valeurs actuelles a relayé, le 8 novembre, un article du Courrier picard paru le 6. Celui-ci rapporte que les anciens combattants et des associations patriotiques vont boycotter les cérémonies du 11 novembre prochain. En cause : l’état déplorable des sépultures de la nécropole nationale de Montdidier, une nécropole majeure en France puisqu’elle rassemble pas moins de 7.500 dépouilles.

Les anciens combattants ont raison de manifester leur colère sur le désengagement de l’État quant à l’entretien des tombes qu’il a sous sa responsabilité. Ce dernier est réalisé soit directement par des personnels de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), soit par recours à des prestataires tels que des communes, des associations comme le Souvenir français qui s’occupent des carrés militaires communaux. Même quand il recourt à l’externalisation, c’est-à-dire à des entreprises de nettoyage privées, l’État doit toujours veiller à la bonne exécution de l’entretien des sépultures. Ici, l’État a, d’une manière ou d’une autre, défailli et il n’est pas acceptable que les soldats de France qui ont payé de leur vie la défense de notre pays et des symboles qui s’y rattachent meurent en quelque sorte une deuxième fois : « Une fois au champ d’honneur et une fois ici », s’insurge Gérard Karolczak, président de la section locale du Souvenir français de Montdidier.

Mais l’État, en « état de faillite », disait un Premier ministre en 2007, préfère donner ses priorités budgétaires à d’autres domaines d’action, plus médiatiques, photogéniques, et plus rentables sur le plan politique. Les tombes attendront. Les morts ne votent pas.

Une question se pose néanmoins. Existe-t-il un autre moyen, pour une association d’anciens combattants et des associations patriotiques de faire entendre leur voix que de boycotter une cérémonie d’hommage à nos soldats disparus ? N’est-ce pas faire mourir une troisième fois ces valeureux combattants en occultant leur mémoire par l’absence de leurs représentants ?

L’acte est, en tout cas, très fort et pourrait être interprété par les laudateurs comme un symbole de courage et par les contempteurs comme une marque de défiance et d’abandon, sinon un inutile baroud d’honneur.

Toujours est-il que l’État ne peut fuir ses responsabilités et que la France qu’il représente doit venir au secours de ces tombes dégradées. Car il est inadmissible que ceux qui ont donné leur sang pour la France tombent ainsi dans l’oubli.

Notre pays doit bien à ces poilus à qui nous devons tant un minimum de reconnaissance, la facture dût-elle s’élever à 900.000 euros selon M. Karolczak, qui peste d’être « trimballé » depuis 2008 par l’ONAC sur le toilettage des sépultures de Montdidier.

En France, il existe 265 nécropoles nationales où reposent environ 750.000 soldats, dont 240.000 en ossuaires. Sur l’ensemble des dépouilles des soldats, les neuf dixièmes sont celles des combattants de la Première Guerre mondiale. À ces nécropoles s’ajoutent les carrés militaires des cimetières publics. N’oublions pas tous ces soldats et honorons-les !

POUR ALLER PLUS LOIN