Handicap

École et handicap : la solidarité est une chance pour tous

Étudiant en droit
 

Les directions académiques de l’Éducation nationale peaufinent actuellement la prochaine carte scolaire. Dans les écoles menacées de perdre une classe, notamment en milieu rural, l’inquiétude monte concernant la prise en charge des élèves en situation de handicap.

Avoir un handicap, c’est un combat au quotidien. C’est, évidemment, plus difficile pour les personnes handicapées que pour les personnes valides de réussir dans la vie.
La dignité est un droit inaliénable de l’homme, et une personne, aussi invalide soit-elle, est d’abord une personne. La dignité, justement, passe, pour ces personnes, du moins en partie, par la solidarité. La première des solidarités, justement, est que ces enfants puissent aller à l’école avec les autres enfants. Pour s’intégrer socialement, il faut aller à l’école. Dans le cas contraire, on est en dehors du cercle. La base, dans la vie, c’est d’aller à l’école, sortir, voir du monde, et non de rester enfermé chez soi.

Le Président Macron a augmenté l’AAH (allocation aux adultes handicapés). Il a eu raison de le faire. Cela étant, il ne s’agit là que d’une partie de la réponse. Cette aide, tout utile qu’elle est, aide à survivre, non à vivre. Je ne dénigre pas l’intérêt de l’AAH, elle est nécessaire. Je dis seulement que voir dans cette aide l’alpha et l’oméga de la réponse au problème du handicap revient à voir le verre plein quand il ne l’est en réalité qu’à moitié. En effet, pour des personnes qui, souvent par pudeur, se mettent elles-mêmes en retrait, rien ne remplacera la joie de se sentir intégré dans une dynamique d’ensemble. Rien ne rendra plus service aux personnes en situation de handicap que de leur permettre de prendre pleinement leur place dans notre société. C’est cela, la véritable solidarité.

Une personne handicapée scolarisée en milieu ordinaire, cela est une chance pour elle mais aussi pour autrui. Parce qu’un enfant valide qui côtoie, dans son école, un enfant handicapé, c’est un enfant qui n’aura plus peur du handicap et, donc, trouvera normal d’avoir un collègue handicapé.

Aujourd’hui, plusieurs centaines de milliers de demandeurs d’emploi handicapés sont à Pôle emploi. Pourtant, les personnes en situation de handicap souhaitent, dans une grande majorité, avoir accès à l’emploi. Une grosse part du problème réside, pour ces personnes, bien souvent, dans leur manque de qualification : 83 % des personnes handicapées ont une qualification inférieure ou égale au BEP. On ne pourra résoudre ce problème de manque de qualification tant qu’on n’aura pas donné toutes leurs chances, aux enfants handicapés, d’accéder à l’école.

Il faut reconnaître et encourager la capacité des personnes handicapées à participer à la vie sociale, et cette reconnaissance passe par le chemin de l’école.

Cet article a été lu 1115 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel