Livre

Ça n'a rien à voir avec l'islam ?

de Lydia Guirous

 

Surprenant livre, à plus d’un titre, que celui de Lydia Guirous. En premier lieu, surprenant parce qu’incroyablement réaliste : à la lecture de Ça n’a rien à voir avec l’islam ?, on revit enfin, page après page, la dépossession inéluctable que tout Français de souche constate chaque jour, dans les transports, dans la rue, dans les discours ou sur les réseaux sociaux. Ce mélange de bêtise, d’inculture, de violence de lâches, de haine de ses hôtes, de désir frustré et de mépris envers toutes les femmes qui ne portent pas de prison de toile ; la puanteur de toutes ces revendications victimaires, de toutes ces fiertés de « blédards » en carton, de toutes ces déclarations « républicaines » mielleuses et fourbes venant de barbus souriants – tout cela est parfaitement rendu. Les petits Blancs qui rêvent de se convertir pour s’intégrer sur leur propre sol, le silence et l’aveuglement du système, la leçon des massacres en Algérie, Lydia Guirous ne rate rien.

Et après tout, ce sont encore les intéressés eux-mêmes qui en parlent le mieux. Aussi cite-t-elle les passages sanguinaires du Coran, mais aussi les propos des imams, dont ceux du propre frère de Tariq Ramadan, Hani, aussi gentleman que son frangin (« La femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible de tous, elle passe de main en main »). Décidément, Christophe Castaner, chez qui on pressentait confusément, depuis toujours, un esprit philosophique, a vu juste – « L’islam est une religion d’amour. » Joli titre plein d’ironie et constat imparable, donc : la France est en péril de mort imminente sous les coups d’un peuple qui la hait, la méprise, s’assied sur ses lois et la combat avec ostentation.

Jusqu’ici, on ne comprend guère ce que Lydia Guirous fait chez Les Républicains, tant son goût pour la vérité et son amour de la patrie semblent l’éloigner à tout jamais du parti des gens respectables, des pulls sur les épaules, des mocassins à glands et des idées flasques.

C’est alors qu’un corpus de propositions décevantes se fait jour : pour combattre l’islamisme, Lydia Guirous veut un conclave de l’islam, que les musulmans remercient leur pays d’accueil pendant les prières, elle imagine un soulèvement des musulmanes pour leurs droits… Quelle tristesse que la naïveté. Et que dire de cette adhésion au mythe de la République généreuse des origines, elle qui fut pourtant la matrice du fascisme que la militante LR dénonce (en oubliant soigneusement le communisme, j’aurais dû me méfier…) ! Et ce petit mot de conclusion en quatrième de couverture : « Écrasons enfin l’infâme » (j’aurais dû me re-méfier) !

Lydia Guirous, très courageusement et au milieu d’un torrent de purin (il faut lire, en annexe de son livre, les nombreux tweets fleuris que lui valent ses prises de position auprès des pratiquants de cette religion d’amour), a dénoncé avec lucidité et exhaustivité le danger islamiste bien présent en France. Elle décrit les quartiers soumis à la loi islamique, le discours politique assumé derrière le port du voile, cette lente invasion mentale, démographique et géographique. Quant aux mesures et au contre-discours, ils sont en revanche, malheureusement, à l’origine de notre impuissance. Opposer la tolérance à la bêtise, c’est un peu court.

Ce qui est certain, c’est que ce livre est héroïque et salutaire. On me permettra donc de saluer très respectueusement le geste de Lydia Guirous et de réserver mon jugement sur la joie que représenterait la vision d’une Oumma voltairienne.

Pour acheter ou offrir ce livre...
cliquez ici !

POUR ALLER PLUS LOIN