13 janvier 2018

Livre / « Carl Schmitt », collection Qui suis-je, par Aristide Leucate

Cliquez pour acheter

Courage intempestif, au sens littéral (c’est-à-dire nietzschéen) du terme, que celui d’Aristide Leucate : présenter Carl Schmitt, dans toute sa complexité, en 2018. La pensée de Carl Schmitt fait en effet les frais, depuis la fin de la guerre, d’une confusion typiquement de notre temps, celle-ci : celle de l’homme et de son œuvre. Il rejoint en cela Heidegger, Breker, Riefenstahl et tant d’autres. Un mur de silence, arme fatale d’une époque si bavarde, l’entoure. Comportement aussi cohérent et intelligent que de refuser d’aller voir un film de Tom Cruise parce qu’il est scientologue. Peu importe.

Aristide Leucate revient, dans cet ouvrage complet, sur le parcours et l’œuvre de Schmitt, en prenant, lui, bien soin de décorréler les opportunismes de l’homme (qui adhéra au NSDAP de 1933 à 1936) de l’austère exigence de l’œuvre du juriste. Plus encore, au-delà d’une biographie très fouillée et d’une explication des principaux concepts dont il fut l’inventeur, il montre ce qu’il y a de parfaitement atemporel d’une part, et de parfaitement adapté à l’explication de la modernité d’autre part, dans ses ouvrages.

En effet, d’une part, Carl Schmitt est, de son propre aveu, le penseur d’un droit des gens authentiquement européen, qui s’inscrit dans une tradition millénaire ; d’autre part, il est aussi l’observateur magistral de nos temps d’idéalisme destructeur, de déshumanisation de l’ennemi et de guerre au milieu des populations (dont il développera l’idée dans Théorie du partisan). Son exégète (on n’ose pas dire vulgarisateur, car la prose d’Aristide Leucate, dense et recherchée, n’est pas précisément « tous publics ») possède l’immense mérite d’aller dans le détail sans verser dans la paraphrase.

Du point de vue atemporel, Carl Schmitt, qui est avant tout un juriste, est le théoricien de l’État comme totalité agissante, dans la continuité d’une démocratie qui n’a, pour lui, de valeur que lorsque les décisions sont prises en pleine lumière par un peuple homogène dans ses représentations spirituelles. Il est aussi le penseur du décisionnisme (postulant que c’est le juge qui crée le droit, parce qu’il pèse sur le monde concret, en utilisant une loi qui n’est prévue que pour des cas généraux). Dans cette logique, on lui doit encore l’idée de cas-frontière, faisant de la notion d’exception une force créatrice.

D’un point de vue géopolitique, il est encore celui qui a forgé la notion de grand espace (Grossraum, à ne surtout pas confondre avec le Lebensraum, sauf si vous écrivez dans la presse) ou celle de Nomos de la Terre (nomos entendu comme loi de ce qui existe, dans l’appropriation de l’espace, à rebours de l’idéalisme : prise de la terre, partage puis exploitation/production). Il a constaté la fin de l’affrontement entre puissances terrestres et puissances maritimes, dont Mackinder avait fait un invariant. Bref, son héritage est immense.

D’un point de vue extrêmement moderne, il est notamment celui qui a pensé l’évolution de la guerre. Devenue un affrontement entre Bien et Mal au nom des idées désincarnées, au lieu de la confrontation violente de deux acteurs politiques se reconnaissant comme mutuellement valides (dans la continuité de la pensée de Clausewitz), la guerre a vu le jus ad bellum (droit de faire la guerre) prendre le pas sur le jus in bello (droit dans la guerre). Il a aussi constaté la disparition de la notion de nation souveraine, la généralisation de la violence hors limite et l’absolutisation de l’engagement idéologique, à travers la figure du partisan (dont le dernier avatar est le terroriste, partisan universaliste sans attache tellurique – du communisme à l’islamisme). Là encore, penser la modernité de la violence sans Carl Schmitt relève donc de la mutilation intellectuelle volontaire.

Espérons que cet ouvrage érudit et bref trouvera un public large. Carl Schmitt mérite toute notre attention et Aristide Leucate toute notre gratitude.

Commentaires fermés sur Livre / « Carl Schmitt », collection Qui suis-je, par Aristide Leucate

À lire aussi

Livre : Un moine en otage, le combat pour la paix d’un prisonnier des djihadistes, de Jacques Mourad

Le témoignage d’un prêtre chrétien face au chaos, un témoignage relatif et imparfait, comm…