Islamisation

Quand le Printemps républicain a peur de paraître islamophobe…

Journaliste et essayiste
 

Il se défend de cette accusation. Et pour s’en défendre, il donne des gages.

Le Printemps républicain est une association née en 2016. Son acte de naissance, rédigé par ses soins, est le suivant :

« Un mouvement de citoyens libres et indépendants, déterminés à défendre et à promouvoir, dans le débat public, la République et ses principes : l’égalité, la laïcité, la solidarité et la souveraineté. Elle est [la République], ils [les principes] sont, l’affaire de tous et de chacun. »

Libres ? Libres d’écrire des tartufferies ! Indépendants ? Pas indépendants des pressions qu’ils subissent ! Déterminés ? De moins en moins déterminés ! Le Printemps républicain vient de prendre position sur l’affaire Mennel Ibtissem. Du nom de la jeune musulmane voilée écartée de « The Voice » en raison de ses tweets islamistes et parfaitement abjects (lisez celui sur le père Hamel égorgé dans son église). Le texte vaut son pesant de soumission. Le Printemps républicain avait été, très injustement selon cette association, accusé d’avoir demandé l’éviction de la chanteuse. Non, proteste l’association, « nous n’avons pas obtenu le départ forcé de Mennel », car « nous ne l’avons ni demandé ni souhaité ». Tout autre que le Printemps républicain se serait senti honoré et fier d’avoir demandé à TF1 l’éviction d’une candidate islamiste, si belle et si souriante il est vrai. Mais cette association ne veut pour rien au monde que ses serviettes soient mélangées aux torchons de la droite et de la fachosphère.

Le meilleur est à venir. Le voici. Le Printemps républicain dénonce « la tenaille identitaire avec d’un côté ceux qui veulent la faire taire non pas parce qu’elle a dit des choses inacceptables, mais du simple fait de sa religion, et de l’autre ceux qui l’excusent par avance et la soutiennent sans examen parce qu’elle est musulmane ».
Et comment faire pour échapper à cette écrasante tenaille ? Se mettre en dehors, au-dessus de la mêlée. Renvoyer dos à dos les protagonistes choisis pour valider l’argumentaire du Printemps républicain. Méchants islamophobes ! Vilains islamophiles ! Et gentil Printemps républicain, pur, virginal, mesuré et impartial !

Encore une citation du Printemps républicain : l’éviction de Mennel Ibtissem lui ôte « toute possibilité de tirer lucidement un trait sur des bêtises de jeunesse ». La pauvre, ainsi condamnée à se radicaliser, va se mettre à envoyer des tweets qui seront encore plus limpides que les précédents. Le Printemps républicain a peut-être connu un bel été. Puis est venu l’automne. Maintenant, c’est l’hiver. L’Hiver républicain.

Cet article a été lu 3796 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel