Audio - Editoriaux - Entretiens - Justice - 11 novembre 2017

« En psychiatrisant le terrorisme, on évite de poser les questions qui fâchent »

Vendredi après-midi, à Blagnac, près de Toulouse, un conducteur a foncé volontairement sur un groupe de personnes rassemblées devant une école de commerce. Interpellé par les forces de l’ordre, placé en garde à vue, l’individu est connu pour des antécédents psychiatriques.
Boulevard Voltaire a interviewé Nicolas Dhuicq, maire de Brienne-le-Château, mais aussi docteur psychiatre, au sujet de ce fait divers, de la situation de la psychiatrie en France. L’occasion, pour lui, de revenir sur cette idée, que l’on trouve notamment chez le ministre de l’Intérieur actuel, que le terrorisme serait une maladie comme une autre.

Commentaires fermés sur « En psychiatrisant le terrorisme, on évite de poser les questions qui fâchent »

À lire aussi

Nicolas Dhuicq : « La réaction italienne a été salutaire »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articlePour Boulevard Voltaire, Nicolas Dhuicq commen…