À SUIVRE

Vanity Fair : au service de la vanité des Macron

 

Incontestablement, Vanity Fair domine Match dans le match sur le poids des mots, pour ce qui concerne la propagande organisée du couple présidentiel.

Désigner Brigitte Macron comme la troisième personnalité française la plus influente dans le monde, sur les cinquante que ce journal a sélectionnées, cela fait « rêver », ou plutôt se pincer pour savoir si l’on ne « rêve » pas.

Mais, finalement, rien de surprenant pour un média qui a une allure made in America (de par ses capitaux) mais dont la rédaction est 100 % française et la ville d’édition est Paris. Vanity (« vanité », en français) convient parfaitement à une certaine France qui s’imagine être le nombril du monde et qui s’exprime toujours sans aucune modestie. Paris est la plus belle ville du monde, nous possédons le meilleur système éducatif du monde… tout cela est dit et répété par ceux qui ont produit les idées les plus nocives pour la grandeur de notre pays.

Nous avons maintenant pour président de la République un homme que le monde entier nous envie, toujours selon ces mêmes personnes. Pas moins !

Et faire précéder notre première dame, dans le classement, par Zinédine Zidane et Xavier Niel, rend hommage aux deux nouvelle mamelles de la France, le football et les start-up, représentatifs du monde des riches.

Cependant, dans un pur exercice de propagande pour le pouvoir en place, il faut tout de même trouver un argument pour justifier de l’influence que peut avoir notre Brigitte nationale.

Karl Lagerfeld, qui a souvent le sens de la formule, la présente comme l’objet culturel français « le plus populaire à l’étranger depuis Brigitte Bardot ». La flagornerie de Vanity est ainsi masquée, même si la comparaison dévalorise Brigitte Bardot, l’actrice qui a fait fantasmer tous les hommes de la planète et n’a de commun que le prénom avec l’épouse du président.

Mais pour nous, les gens qui ne sont rien, nous ne voyons pas bien l’influence que peut avoir madame Trogneux dans le monde. Si Carla Bruni est reconnue planétairement pour son passé de mannequin, pour ses qualité d’auteur et d’interprète de la chanson, si elle est un modèle de femme libre, Brigitte Macron, pour le quidam, n’est que la femme du Président.

C’est donc bien à la flagornerie que Vanity s’oblige, pour nourrir la vanité des Macron.

POUR ALLER PLUS LOIN