Entretien - Politique

Christian Vanneste : « Nous voulons préparer une droite solide fondée sur des valeurs claires - nation, libertés, conservatisme »

Homme politique

Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

 

Ce samedi, sous l’impulsion de Christian Vanneste, a lieu l’université d’hiver de la Droite libre, une association de réflexion à la fois patriote, libérale et conservatrice. S’y tiendront quatre tables rondes : sécurité et justice, les libertés (en particulier la liberté d’expression), valeurs sociétales, et enfin l’économie.

But triple : mettre en garde contre la sympathie que pourrait exercer le Président actuel sur le centre droit, préparer une droite solide fondée sur des valeurs claires, avec le but ultime de rassembler toutes les droites sur ces idées.

Vous organisez ce week-end le forum d’hiver de La Droite Libre.
Pouvez-vous nous expliquer en quoi va consister cette journée ?

La Droite Libre n’est pas un parti politique. Il s’agit d’une association de réflexion qui se situe, comme son nom l’indique, à droite et qui est à la fois patriote, libérale et conservatrice.
Le but de notre université d’hiver demain est triple.
Nous souhaitons tout d’abord mettre en garde contre la sympathie que peut exercer le président Macron sur le centre droit en montrant notamment les contradictions de sa politique actuelle. Je fais référence notamment à l’augmentation de la pression fiscale, sauf en ce qui concerne les personnes les plus riches et notamment les fortunes mobilières, mais aussi à la sécurité, puisque les dernières décisions sur les prisons ou même la police de sécurité du quotidien renvoient à des vieilles idées de la gauche.
Le deuxième but est de préparer une droite solide fondée sur des idées et des valeurs. Ces valeurs sont claires. On peut citer bien sûr la nation et la liberté. J’insiste en particulier sur la liberté d’expression. Elle est de plus en plus mise en péril dans notre pays. La mise en examen notamment de madame Le Pen est extrêmement préoccupante. Nous ne sommes pas proches du Front national, mais néanmoins le fait de mettre en examen quelqu’un simplement pour avoir exprimé une opinion est extrêmement dangereux. Troisième valeur, le conservatisme. C’est l’idée que la liberté n’est possible que si elle est limitée par des principes moraux. Une société ne peut pas être ouverte à 360° sinon elle finit par disparaître.
Le troisième objectif, le but ultime, est de rassembler toute la droite sur ces idées. Nous sommes pour l’union des droites en France.
Voilà le projet que nous avons pour demain.

Comment cela va-t-il s’organiser ?

Nous avons quatre tables rondes. Une table ronde sera essentiellement liée aux problèmes de sécurité et de justice. Il faut toujours faire le lien entre les deux. Les problèmes d’insécurité sont toujours les problèmes de justice. La décision récente du président de ne pas faire réaliser les 15.000 places de prison est un véritable scandale. Une fois de plus, un gouvernement français recule devant l’inévitable. Le problème des prisons en France n’est pas dû à la surpopulation carcérale, mais simplement au fait que la France n’a pas construit suffisamment de prisons. On n’ose pas le dire, mais quand on compare avec le Royaume-Uni par exemple, c’est évident. Il n’y a pas plus de condamnés en France qu’ailleurs, mais il y a moins de prisons pour les recevoir.
La deuxième table ronde s’articulera autour des libertés. J’insiste encore beaucoup sur la liberté d’expression. On ne peut pas être une société libérale si on ne repose pas d’abord là dessus. Or, la France actuellement restreint de plus en plus la liberté d’expression.
La troisième table portera sur les valeurs sociétales, c’est-à-dire, l’école et la famille. On ne peut pas préparer une société d’avenir si on ne rappelle pas que tout n’est pas possible et qu’il y a des valeurs à préserver comme la vie, la famille et le respect de l’autorité. C’est quelque chose d’essentiel pour l‘école notamment.
La quatrième table enfin sera consacrée à l’économie. Nous rappelerons notre conception libérale de l’économie. Celle-ci consiste à souligner davantage la responsabilité des acteurs économiques et à diminuer la pression fiscale. Ce n’est pas du tout ce que fait le gouvernement actuel.
Lorsqu’on accuse par exemple La Ligue en Italie d’être un parti populiste, on oublie que l’une de ses propositions est précisément la flat tax, c’est-à-dire une diminution générale de la pression fiscale avec un impôt non pas progressiste, mais proportionnel et égal pour tout le monde. C’est une véritable mesure libérale. Nous en sommes très très loin en France avec des records en matière de dépenses publiques et de pression fiscale.

Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

Cet article a été lu 2203 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel