30 mars 2018

« Il y a des zones de non-droit de plus en plus importantes. J’ai été moi-même menacée »

Que s’est-il passé exactement à Varces ? Marie de Kervéréguin, conseillère municipale à côté de Varces, revient sur cet « incident » inquiétant…

Vous êtes conseillère municipale à côté de Varces où un Bataillon de chasseurs alpins est implanté, et également conseillère régionale du Front national.
Que s’est-il passé à Varces ?

Les faits sont assez clairs. Un individu dans une voiture est passé une première fois pour inquiéter des militaires qui rentraient de leur jogging. Il est ensuite revenu pour foncer sur eux.
Les militaires ont été dans l’obligation de sauter dans le fossé pour ne pas être percutés par la voiture.
Après cette histoire, j’ai peur que ces actions, quand bien même elles ne sont pas directement revendiquées par des groupes islamistes, soient amenées à se reproduire.
Puisque nous avons une justice à deux vitesses, si toutes ces personnes ne sont pas inquiétées directement ou indirectement, il n’y a pas de raison que tout cela s’arrête.
La personne qui conduisait ce véhicule a été clairement identifiée et a proféré des insultes en arabe à l’encontre du militaire qui montait la garde en le traitant de traître. Cela peut aller loin. C’est vraiment grave.

Est-ce la première fois qu’un tel fait arrive à Varces et cela est-il surprenant?

Ce n’est pas surprenant dans la mesure où Varces est une grosse base de défense. Il y a eu plusieurs bataillons et régiments ici.
Par ailleurs, même si je ne suis pas sûr qu’il y a un lien direct, des personnes susceptibles d’être fichées sont incarcérées dans la très grosse prison de Varces qui se situe de l’autre côté de la route.
En tout cas, les militaires n’ont plus le droit d’aller faire leur jogging à proximité de la prison. Ils se sont déjà fait insulter et il y a un danger identifié pour leur sécurité. Cela fait déjà plusieurs années qu’on leur a demandé d’aller ailleurs pour faire leur jogging quotidien.

Est-ce que les habitants de votre circonscription se sont déjà plaints de ce genre de situation ?

À Varces se trouve une grosse cité qui s’appelle « la Ville Neuve ». Nous y sommes de plus en plus en insécurité. J’ai d’ailleurs moi-même était menacée de manière violente au printemps dernier.
Nous sommes confrontés à des zones de non-droit de plus en plus nombreuses et vastes. La menace y plane vraiment et parfois de façon palpable.
J’ai rencontré de nombreuses personnes sur des marchés limitrophes qui n’osent plus sortir, quelle que soit leur origine. J’ai en tête un couple d’origine magrébine bien intégré qui travaillait. Ils m’avouaient avoir peur pour leur sécurité et celle de leur fille.

Quel signal politique a été envoyé par « l’exécutif » à Varces ?

Après avoir discuté avec le chef de corps et le préfet, j’ai l’impression qu’ils ont décidé de ne pas inquiéter les gens. Ils partent du principe que cet individu était un dérangé, un déséquilibré parce qu’il était multirécidiviste et avait fait beaucoup d’allers et retours en prison. Pour eux, c’est finalement un cas isolé.
Néanmoins, ce qui s’est passé est présent dans tous les esprits, en particulier dans le contexte des hommages au lieutenant-colonel de gendarmerie.
Les gens vont être de plus en plus vigilants. Devenir militaire aujourd’hui va réellement devenir le fait d’une solide vocation. Il n’y a pas vraiment de reconnaissance au niveau national. De plus, pour en avoir discuté avec des militaires, on recrute beaucoup de gens réellement susceptibles d’être fichés S. Cette situation est assez désagréable pour eux.

Commentaires fermés sur « Il y a des zones de non-droit de plus en plus importantes. J’ai été moi-même menacée »